J

J’ai changé de vie, fait table rase pour tout reconstruire. Ok et après? Que s’est-il passé? Et bien ce fut meilleur choix de ma vie entière! Je ne l’ai jamais regretté ne serait-ce qu’une seule minute! Aujourd’hui, deux ans après, je me félicite encore chaque jour de cette décision et continue de m’étonner de cette chance que j’ai de vivre cette vie! Les deux années que je viens de vivre sont incontestablement les deux plus belles de ma vie, et je pense que celles à venir ne feront que s’additionner à ces deux là. C’est le bonheur, le vrai bonheur. Et le meilleur dans tout cela, c’est de se dire que cette aventure n’aura pas de fin, du moins je l’espère. Ça n’est pas comme un voyage, même long, on sait que viendra l’heure du retour. Non, ma vie est devenu mon voyage, de cela je suis reconnaissante.

Et bien maintenant que je vous ai étalé mon bonheur au visage (hummm désolée…) je vais répondre à quelques questions que l’on me pose souvent, ou bien à des remarques que j’avais eut avant de sauter le pas et auxquelles je suis maintenant plus à même de répondre.

 

Cela doit demander beaucoup de courage? Ça n’a pas du être facile!

Lorsque je me suis lancée, évidement j’avais peur. Comme je l’ai déjà expliqué dans de précédents articles, c’était comme un saut dans le vide. Pourquoi : L’inconnu. Comment savoir si cette vie que je choisi me rendra aussi heureuse que je l’espère puisque je ne l’ai jamais expérimentée. C’est certainement ce qui empêche beaucoup de franchir le pas, et c’est aussi ce qui m’a freiné pendant un temps, d’autant plus si on a tendance à écouter les mauvaises langues pessimiste qui font parfois parti de l’entourage proche. Mais si vous aussi vous hésitez pour cette raison, c’est une fausse excuse, car il n’y a qu’en essayant que vous pourrez être fixé, et rester dans une vie pendant que vous rêvez à une autre, n’est clairement pas la meilleur des décisions… en fait c’est la pire! Donc niveau courage, je ne pense pas que ce soit l’élément le plus important, cette décision était plus logique que courageuse! Si ma vie ne me rend pas heureuse, qu’est ce qui est le plus courageux? continuer à vivre une vie qui ne me convient pas, ou essayer d’en construire une nouvelle?

Si vous aussi vous êtes à ce point là de votre réflexion, alors soyez heureux, car ce sont ces moments de questionnement les plus difficiles, c’est ce que vous êtes actuellement en train de vivre le plus douloureux. Une fois la décision prise, le reste n’est que du bonheur et de la joie.

 

Est-ce que tu arrives vraiment à en vivre?

Et bien la première année non, je n’y arrivais pas, enfin pas complètement, mais cela est tout à fait normal et je m’étais donné un an pour y parvenir. Ce sont mes économies qui m’ont permis de survivre. J’avais quand même eut un chiffre d’affaire au dessus de ce que j’avais estimé et étais donc optimiste pour l’avenir. Mais ces économies n’étaient pas un puits sans fond, et elle ont fondu comme neige au soleil, et me voici aujourd’hui sans filet de sauvetage. J’attendais ce moment avec une certaines impatience mais aussi avec beaucoup d’appréhension, j’espérais que le bouche à oreille se ferait suffisamment vite, et j’ai eut cette chance! Voilà environ 8 mois que je dois boucler mes fins de mois en ne comptant que sur mes photos, et bien, je suis fière de dire que jusqu’à présent j’y suis parvenue, et pourtant.. j’ai eut bien des galères financières depuis… ! Un incendie, un chauffe eau à changer, une voiture en panne, l’appareil photo cassé, les impôts qui me tombent dessus, enfin le lot quotidien de chacun, rien d’exceptionnel, mais j’ai réussit à y faire face uniquement grâce aux revenus de mes photos, et j’ai même put faire des investissements de matériel, et ça, c’est TRES satisfaisant! J’ai créer mon propre emploi.

Il y a bien eut des moments ou je pensais être dans une impasse, mais à chaque fois, le sort me donnait un coup de pousse. Je me suis confié à une amie à ce sujet, elle m’a répondu avec justesse: « l’argent, c’est de l’énergie. L’univers te fait comprendre que tu es sur la bonne voie, et te permet de poursuivre sur ce chemin. » Eckhart Tolle pourrait me dire que l’univers conspire à ma réussite à partir du moment où je suit mon instinct (le pouvoir de l’instant présent, lecture que je conseille!). En effet, il y a eut plusieurs moments ou je pensais que l’aventure allait s’arrêter, tout du moins pour un laps de temps, dans ces moments j’ai cru arriver au bout, mais à chaque fois, le ciel m’a aidé! L’assurance qui me rembourse de l’incendie, un gros contrat qui tombe à pic, une vente de tirage qui arrive juste quand je l’espérais… Bref… J’ai fait une « ode à ma bonne étoile » lors de mon précédent article, et bien croyez-moi, elle existe! Cependant, même si je lui fait confiance, il faut parfois avoir le cœur bien accroché. Si vous êtes un stressé de nature qui a besoin de sécurité financière, je ne suis pas sure que cette vie soit pour vous, a moins que vous ne la perceviez comme le plus efficace des exercices de lâcher prise qui soit (et c’est le cas!).

Le bilan est finalement très positif, car j’ai vu mon chiffre d’affaire presque tripler en 2015, et 2016 s’annonce vraiment prometteuse à en croire mon agenda! Donc oui.. je peut dire que j’en vis, et pas si mal!

 

Tu risques de perdre ta passion pour la photo si tu en fais ton métier!

Voilà quelque chose que j’ai souvent entendu avant de me lancer. Cela me faisait peur effectivement. Perdre cette passion serait terrible pour moi. Et bien maintenant je peux répondre à cela. Certes 2 ans c’est peu, il faudrait surement attendre 10 ans pour avoir une vraie bonne réponse, mais je crois avoir trouvé le moyen pour parer ce risque: continuer à photographier avec passion!

Cela semble évident, mais non, ça ne l’est pas tant que ça!

Lorsque la photographie devient un métier, on pense tout à coup rendement, taux horaire, investissement, marge, marché, produit, marketing, etc… Oui, ces points ont leur importance pour pouvoir en vivre c’est certain, ce sont des choses qu’il faut avoir prévues à l’avance, mais il faut faire attention à ne pas se perdre dans ces éléments. Continuer à faire de la photo avant tout pour s’amuser, même si c’est aussi cette activité qui permettra de payer ses factures est je pense la clef. Dès le départ, j’ai voulu bannir le mot « travail » de mon vocabulaire car j’ai constaté que dès que l’on met ce mot sur une tache que l’on doit accomplir, cette tache deviens alors une corvée! J’ai donc opté pour le mot « passion rémunérée » que j’aime beaucoup.

Une chose importante à mon sens est de trouver son propre style photographique et de cibler son marché avant de devenir professionnel, afin que ce ne soit pas vous qui démarchiez les clients et vous adaptiez à eux, à leurs souhaits et leur budget, mais plutôt eux qui vous contactent pour votre style, ou parce qu’ils ont entendu du bien de vous. Ils vous demandent alors de faire ce que vous aimez, vos photos! Ce paris a fonctionné pour moi. 100% de mes clients me contactent pour avoir mes images, et non mes prix. Et parce qu’ils veulent mes images ou mon style, alors ils sont prêts à mettre le prix nécessaire. C’est aussi cette stratégie commerciale qui me permet de ne pas avoir besoin de faire 30 séances photos par mois. 7 à 9 séances mensuelles me suffisent à vivre, donc environ deux par semaine (il faut dire aussi que j’ai opté pour une vie simple comme expliqué dans l’article « se passer du superflu pour vivre ses rêves »). Ça n’est pas beaucoup, et cela me permet donc d’avoir assez de temps et de flexibilité pour chaque famille afin de faire du travail de qualité et donc développer encore plus le bouche à oreille (85% de mes clients viennent par recommandation, le reste ont vu mes photos sur mon site internet ou Facebook et les veulent pour leurs enfants). C’est l’effet boule de neige. A cela il faut bien entendu ajouter le temps dédié à l’administratif et à la retouche, mais tout de même, cela me laisse beaucoup de temps pour la photo de paysage, pour ma vie personnelle, et le développement de nouveaux projets. A ce rythme, il est plus compliqué de se dégouter de la photo, au contraire, grâce à elle je profite de la vie comme jamais.

En un mot, ma passion est intacte, voir même décuplée!

 

Mais lorsque tu auras réalisé tes rêves, tu n’as pas peur de ne plus avoir de but dans la vie?

C’était une question très intéressante, qui fut ce soir là le sujet d’une grande conversation avec un ami que j’estime beaucoup. Et en effet, cette question a son sens, et j’ai plus d’éléments de réponse aujourd’hui!

Je profite actuellement d’une vie dont je savoure chaque instant. Cette vie continue de m’étonner et de me surprendre par les rencontres que je fais, les expériences que je vie, et les bonheurs auxquels je ne m’attendais pas. Mais l’humain n’est pas fait pour la stagnation. Tout au cours de son existence l’humain évolue et ses rêves avec. Cette vie est toujours mon rêve et le restera. Je suis à ma place, et n’ai aucune envie de changer quoi que ce soit pour l’instant. Cependant, d’autres projets fleurissent, murissent dans mon esprit, et voient le jour parfois. Comme ce stage avec Alexandre Deschaumes fin février (voir son site ici). Lorsque j’ai découvert le travail d’Alexandre j’ai été complètement fascinée, j’étais fan! Je ne le connaissait pas encore et étais loin d’imaginer qu’un jour nous ferions un stage ensemble, voilà un nouveau petit rêve qui se réalise!) J’ai appris de mes expériences et je sais à quels point ces nouveaux petits rêves d’aujourd’hui, seront ma réalité de demain si je le décide. Alors je savoure aujourd’hui et me réjouis de demain qui sera la suite de mon aventure. J’ai toujours des challenges personnels, et continue a vouloir évoluer en photographie. En vivre n’est pas une fin en soit, c’est surtout un moyen d’avoir tout son temps à y consacrer. Mes photos de paysages n’avaient rien a voir avant de me lancer, j’y ai vu une progression fulgurante! De nombreux projets continuent à se bousculer dans mon esprit et je m’amuse à progresser dans chaque domaine. Montagne, photo de paysage, écriture, vidéo, voyages, et même pour mes photos de bébé j’ai encore des idées que je n’ai pas encore réalisé et qui verront le jour bientot. Reste à savoir par où je vais commencer!

Réaliser mes rêves pour vivre de la photographie en montagne n’était finalement qu’une sorte de renaissance, et maintenant je suis occupée à vivre. Le rêve ne s’arrête pas là!

 

Tu ne t’ennuies pas trop toute seule dans ta montagne?

Cette question, j’y ai droit à tous les coups! Ce sera moins le cas maintenant puisque je ne vis plus seule au chalet depuis peu, cependant, j’y ai répondu de nombreuses fois: ohh non, je ne m’ennuie pas du tout!

Premièrement, en fait je ne suis pas si seule que cela, car mon chalet est devenue le repère pour la plupart de mes amis… Il faut dire qu’on est tellement bien ici, qu’il sont prêt à gravir la montagne pour venir passer quelques jours avec moi. Ensuite, il y a énormément à faire ici! Des photos évidement, lire, cuisiner, promener le chien, couper/rentrer le bois, faire le feu, s’occuper du jardin, écouter chanter les oiseaux, lire encore, rêvasser, faire du piano, promener le chien encore, gravir une montagne, regarder un coucher de soleil, préparer la fondue pour les amis qui viennent ce soir… ! Je ne chaume pas! Non, vraiment je ne me suis jamais ennuyé toute seule ici!

A cette question, j’aime aussi répondre que ces moments de solitude me permettent de savourer à leurs juste valeurs les moments de partage qui suivront, et ces moments me permettrons ensuite de savourer ma solitude retrouvée. Tout réside dans le juste équilibre.

 

Voilà, je vous ai exposé ce qui me vient en tête lorsque je regarde en arrière.

Et vous avez vous des questions que vous vous posez? Des expériences à partager? N’hésitez pas à laisser un commentaire, et j’essaierais d’y répondre!

Ils sont 5 commentaires

  1. NICOLAS BOURGEOIS

    Bonjour,

    Je suis impressionné par ton parcours et ta force !! Suivre ton cœur sans écouté ton ego, ni ta raison ni les autres c’est fabuleux !! Merci pour ce blog merci pour cet exemple !!

    Une question me brûle les lèvres cependant !! Comment as tu trouver ta passion ? Quels ont été tes ressentis ?

    J’aimerai tellement moi aussi sauté dans le vide et me libérer de cette pseudo vie mais je me suis réveillé au milieu d’un tunnel sombre ( après avoir pris la pilule rouge  » matrix » 😉 ) !! Je ne sais pas ou aller mais retourner dans mon cauchemar est impossible j’ai essayé lol mon corps fait un rejet : angoisse, colère, frustration impression de vide, de perdre son temps de vie !!

    J’ai beaucoup de mal a savoir ce que je veux vraiment ou est mon chemin, ma ligne de vie.

    J’aime énormément de choses mais a petite dose et faire continuellement les mêmes choses jours après jours ennuie terriblement !!

    J’ai perdu ma boussole de l’enfance ou tout me semblais possible, accessible , réalisable !!

    je rêve de nature de grands espace de découverte d’aventure de soleil ( en région parisienne il fait froid lol ) mais tout ceci est vague et je n’arrive pas a être précis !!!

    Merci pour cette inspiration que tu nous donne !! merci pour ta réponse future !! SI tu as un auteur à me conseillé je suis très preneur j’ai vraiment besoin d’être guidé !!

    • Barbara

      Bonjour Nicolas,

      Désolée je vois ton message un peu tard, je ne suis pas beaucoup venue sur le blog ces derniers temps!
      Ma passion est venue un jour pas hasard, on m’a offert un appareil photo et j’ai eut le déclic.

      Soit patient, ta passion, ou ton chemin viendra bien un jours, et tu sauras que c’est là ta voie. En attendant continues de chercher…
      Le changement te ferait surement du bien, le renouveau, n’importe lequel : Nouvelle région, nouveau boulot, nouveaux amis, je ne sais pas, mais il ne faut pas avoir du nouveau! Il est inspirant.

      J’ai plein de livres qui me viennent en tête, « Imparfait, libre et heureux », les accords toltèques, le pouvoir de l’instant présent… Ils m’ont aidé, j’espère qu’ils t’aideront aussi!
      Courage à toi!

  2. Sébastien

    Excellent blog que je découvre; merci beaucoup pour votre ouverture (sans rien cacher ou minimiser les défis que vous avez rencontrés). Je pense que tout le monde peut se reconnaitre – à des degrés et pour des passions diverses – dans votre exemple, mais si peu osent franchir le pas… A ce propos un très bon livre dont je viens terminer la lecture, et qui met le doigt sur les grandes raisons qui nous effrayent dans le changement : « En finir avec la crainte de changer » d’Alain Orsot. Je ne fais pas de pub, mais qu’en j’aime, je le dis :-).
    Bravo encore pour ce blog, et je vous souhaite sincèrement que votre aventure pour amène encore plus loin.


Publier un nouveau commentaire